Les liens du week-end #2

Bonjour à tous,

En cette saison de vacances scolaires, j’espère que vous avez pu en profiter un peu pour vous reposer et, pour ceux qui en ont, passer un peu de temps avec vos enfants. Pour rappel, nous avons pensé à eux et proposé un atelier DIY pour réaliser des pieuvres et calamars en rouleaux de papier carton et un concours de coloriages ! Il y a un livre et un ex-libris dédicacé à gagner.

Pour les plus grands, je vous propose une sélection de quelques liens intéressants traitant de thématiques qui nous sont chères chez Bilibok : diversité, lutte contre le racisme et féminisme.

 

Partez d’ici, sales nègres !

Un article a fait beaucoup de bruit, cette semaine sur les réseaux sociaux. Il s’agit du témoignage touchant de la rédactrice en chef du magazine ELLE, mère de deux enfants métis, et qui parle de ce racisme qui, pour la première fois, l’a frappée dans sa Bretagne natale.

10 histoires ordinaires

L’illustratrice Maeril mène actuellement un projet BD sur le même thème. Elle publie chaque vendredi à 18 h une planche relatant ce racisme tellement ordinaire que l’on n’y fait plus attention. Ces histoires lui ont été racontées par ceux qui les ont vécues et elle les retranscrit telles quelles. De l’élève arabe implicitement traitée de voleuse à la femme asiatique qui souffre des clichés de drague, ou encore la mamie qui demande le plus naturellement du monde des « têtes de nègres » à sa boulangère, on a tous rencontré ces situations hélas si courantes encore aujourd’hui.

« Par le biais de ce projet, j’ai pour objectif d’aider à la prise de conscience sur l’urgence de repenser la définition du mot “racisme” que l’on trouve en ce moment encore dans notre dictionnaire, et qui ne reflète en rien les réalités actuelles : elle ne prend pas en compte le fait qu’il peut être normalisé, intériorisé, institutionnel, bref, systémique. »

Voici un extrait d’une de ses planches.

maeril

La prochaine sera normalement mise en ligne ce soir à 18h

 

Le danger d’une histoire unique

Pour revenir à la littérature jeunesse et au manque de diversité, voici un autre témoignage intéressant, celui de Chimanda Adichie. Cette romancière nigériane explique à quel point la vision unique dans la littérature pour enfant et les médias est une chose qui les influence à plusieurs niveaux : la perception de soi, leur vision de leur place dans le monde, leur approche des autres. C’est très intéressant parce que son exposé ne se base pas que sur le plan « dominé/dominant » ou blancs vs noirs, mais également en matière de couches sociales au sein d’un même groupe et aussi comment le « dominé » peut avoir lui aussi des préjugés. Bref, c’est difficile à résumer mais vraiment passionnant à écouter

Vous pouvez aussi, si vous le souhaitez, lire la transcription traduite en Français. Cette femme est tellement inspirante, je regarde cette vidéo sans m’en lasser depuis que je suis tombée dessus.

 

Kids and Family reading report

Scolastic, un des plus gros éditeurs anglo-saxons de littérature jeunesse vient de sortir une étude sur les attentes des enfants et de leurs parents en la matière. C’est intéressant à plusieurs niveaux et plutôt pédagogique. Beaucoup d’infographies et de focus sur certains thèmes. En plus, les anglos-saxons n’étant pas soumis à l’interdiction des statistiques ethniques, cela nous donne des infos concrètes sur les attentes de chaque communauté.

Voici un focus sur les attentes en matière de diversité.

scolasticfocus

N’hésitez pas, si le sujet vous intéresse, à naviguer dans toutes les rubriques de l’étude. Il y a des passages très intéressants, notamment sur le retour de la lecture à voix haute (les livres en rimes feront-ils leur grand retour ?).

Tout se joue avant six ans

Une étude parue dans le très sérieux magazine Science et reprise par de nombreux médias, dont le Huffington Post, vient de mettre en évidence que c’est l’âge à partir duquel les filles s’estiment moins intelligentes que les garçons. Les stéréotypes s’installent donc très tôt dans l’inconscient des enfants.

À partir de six ans, les fillettes ont tendance à penser que les activités réclamant un effort intellectuel plus important sont des activités réservées aux garçons. Une perception qui n’est pas anodine puisqu’elle influe sur la confiance en soi et sur les éventuels choix de carrières qu’elles seront amenées à faire plus tard.

Il est grand temps de changer les choses, notamment en rééquilibrant la représentation des femmes et des fillettes dans des rôles valorisants dans la littérature jeunesse.

 

 Les histoires que vous lisez à vos enfants changeront leur vie

Pour ceux qui doutent encore de l’impact que les livres peuvent avoir sur les enfants et la façon dont ils se perçoivent, ou sur comment cela peut influencer leurs choix en tant qu’enfants mais aussi leurs choix de vie et de carrière, Slate vient de sortir un article passionnant sur le sujet et assez complet.

 

Des élèves écrivent à Yoplait

Les enfants, même s’ils sont influencés par les préjugés dès le plus jeune âge, sont aussi capables de se mobiliser contre ! Les élèves d’une classe de CM1/CM2 ont ainsi pris leur plus belle plume pour dénoncer le sexisme des illustrations présentes sur les emballages de petits filous.

« Certaines élèves pensaient qu’elles ne pouvaient pas devenir astronautes car elles n’avaient jamais vu de femme astronaute. »

Je ne sais pas pour vous, mais moi, ce genre d’initiative me donne le sourire :

 

 

Virago : Portraits de femmes

Une Virago désigne initialement une femme qui a l’allure et les manières d’un homme. C’est aussi le nom d’une nouvelle chaîne YouTube proposée par Aude Gogny Goubert et dont l’objectif est de mettre à l’honneur des femmes ayant accompli de grandes choses mais que l’histoire a oubliées. Et c’est très chouette :

Déjà quatre épisodes sont en ligne, avec les portraits d’Olympe de Gouges, Vigdís Finnbogadóttir, Imogen Cunningham, Helen Keller

Un format court, riche en anecdotes et instructif, foncez !

 

Crédit photo: enfants faisant de l’ordinateur en haut de l’article, deux enfants de dos, fillette à la loupe : getty images.

Leave a comment

20 + 18 =