Les liens du week-end #3

Oh la la, mais voilà déjà presque un mois que je ne vous ai pas proposé de liens du week-end !

Il était temps d’y remédier. Depuis la dernière fois, il y a eu beaucoup d’actualités sur le thème de la diversité et surtout du féminisme puisqu’il ne vous aura pas échappé que le 8 mars dernier avait lieu la journée internationale des droits des femmes.

 

La réalité des chiffres :

Cette vidéo de l’émission « DATA GUEULE » parle d’elle-même et a le mérite de bien bien remettre à plat les inégalités hommes-femmes. Si quelqu’un vous dit que vous exagérez, que la situation n’est pas si horrible, que les femmes n’ont pas de raisons de se plaindre, montrez-lui cette vidéo.

 

Cette vidéo est articulée en deux parties : la première est essentiellement centrée sur les data ; la seconde est une intervention de Réjane Sénac, chargée de recherche CNRS au CEVIPOF, auteure de « Les nonfrères au pays de l’égalité » qui explique les conséquences d’une réelle lutte contre les inégalités (on est globalement tous d’accord avec l’idée d’égalité hommes-femmes, mais pour que ça devienne réalité, qu’est-ce que ça impliquerait réellement, que faudrait-il changer dans notre quotidien ou nos conceptions sociétales ?)

Quand les filles ne croient pas en leur intelligence

L’étude scientifique parue récemment et mettant en évidence que les petites filles commencent à partir de 6 ans à se penser moins intelligentes que les garçons (on vous en en parlait dans nos derniers articles) fait encore beaucoup de bruit sur la toile et dans tous les médias.

Elle a visiblement entraîné un début de prise de conscience et certains cherchent des solutions. Quelques-unes sont proposées dans cet article de TV5 monde.

La plus originale est sans doute celle issue du dossier de Rue 89 et qui consiste à supprimer les terrains de foot des cours de récréation.

Une élève de cinquième dessine sa cour de récréation (capture d’écran de la vidéo sur la cour de récréation sur la plateforme Matilda)

Vu comme ça au premier abord, cela paraît anecdotique mais des études ont montré que même l’occupation de l’espace public est fonction du genre. L’article est passionnant.

Et ce sujet touche aussi les adultes et concerne même l’urbanisme puisque la mairie de Paris s’en est emparée depuis 2016 et commence à agir en ce sens. L’objectif affiché est que les femmes se sentent aussi à l’aise que les hommes et aient la même place dans l’espace public. La mairie a publié un guide expliquant sa démarche et comment cela va influer à l’avenir sur l’aménagement de la ville.

D’autres guides en faveur d’une communication non genrée et ne véhiculant pas de stéréotypes sont mis en ligne. Celui du Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes qui existe depuis déjà deux ans, et celui de l’organisation Communication et Entreprise qui est sorti le 8 mars dernier.

 

Pourquoi il est important d’apprendre la diversité aux enfants

Enfin, dernier lien concernant la diversité : je vous propose un article (en anglais) qui explique pourquoi les livres pour enfants qui apprennent la diversité sont si importants.

C’est un sujet qui nous est cher chez Bilibok puisqu’il est à l’origine même de la création de notre start-up. Malheureusement, force est de constater qu’il est pris bien plus au sérieux outre-Atlantique qu’ici.

Alors que les initiatives en faveur de la diversité et de nouveaux modèles dans la littérature jeunesse s’y multiplient, on a appris récemment qu’en 2014, une bibliothécaire du nord de la France a été suspendue trois jours pour avoir défendu un livre sur l’homoparentalité. Cette affaire n’avait pas été rendue publique et c’est pour cela que l’on en entend parler que maintenant. Cette décision a été annulée cette semaine par le tribunal administratif de Lille.

Petite lueur d’espoir sur l’évolution des moeurs, « La Belle et la Bête », prochain film de Disney qui sortira sur nos écrans le 22 mars prochain, aura pour la première fois dans l’histoire des films produits par cette compagnie, un personnage homosexuel. À noter également, la présence d’une actrice noire au casting, Audra McDonald qui interprète le personnage de Madame de Garderobe (dans la malédiction qui s’abat sur le château, elle est transformée en armoire et, si ma mémoire est bonne, c’est elle qui habille Belle dans la sublime robe de bal jaune).

J’avoue, je ne suis habituellement pas une grande fan des histoires de princesses de Disney (j’ai une préférence pour Mulan, Rebelle et Princesse Grenouille, qui sortent un peu du schéma « recherche prince charmant désespérément ») mais ce petit vent de modernité dans des contes classiques n’est pas pour me déplaire. Même si cela soulève encore des protestations (un cinéma en Alabama a refusé de projeter le film), c’est un pas en avant important pour que tous les enfants, les ados puissent avoir dans les produits culturels qu’ils consomment des héros qui ressemblent à leur monde.

Puisqu’on parle cinéma, nous vous reparlerons prochainement de nos films coups de coeur. Il y a quelques pépites qui sont sorties récemment et que nous avons envie de partager avec vous.

En attendant, toute l’équipe vous souhaite un excellent week-end.

À très vite.

 

droits d’auteur : enfants en haut de l’article, enfant lisant les livres : shutterstock

Comments

  • Il y a également Gugu Mbatha-Raw dans le casting de la Belle et la Bête.
    Elle a d’ailleurs été l’héroïne de Belle, un film qui raconte l’histoire de la fille « naturelle » d’un amiral britannique et d’une esclave au XVIIIe siècle. Elle est éduquée selon son rang, mais reléguée aux cuisines à chaque fois qu’il y avait une visite. C’est un film touchant, d’autant plus que c’est une histoire vraie. 🙂

    17 mars 2017

Leave a comment

4 × 1 =